Pourquoi ce journal intime ?

Un besoin d'écrire tout simplement ? Aligner les mots et maux comme une thérapie ?
A maintes reprises j'ai cherché en vain des blogs parlant de le bipolarité et jamais je ne m'y suis retrouvée.
Je désire un blog simple où chaque personnes malades ou non puissent s'exprimer librement.
N'hésiter pas à m'envoyer vos textes, poésies...je les publierais, avec votre consentement bien sur.
Mon but n'est pas d'avoir plusieurs lecteurs mais si je peux aider, soutenir une seule personne et partager avec elle ce sera pour moi partie gagnée !!
Nathalie


dimanche 19 août 2012

Bipolaire : Solitude, Peur, Angoisse, Hypersensibilité


Ces quatre mots sont ils liés ?
Je pense que oui, ils me semble indissociables et ont leur place pour le bipolaire, mais :
Est ce la solitude qui angoisse et qui fait que l'on ai peur ?
Est ce l'angoisse, qui fait que l'on est peur et que l'on vit la solitude ?
Ou la peur qui nous enferme dans l'angoisse et la solitude ?

La peur, la solitude, l'angoisse, sont de sentiments de vide alors lorsque l'on vit les trois à la fois en plus de l'hypersensibilité qui accentue ce mal être, comment peut on lire sur le site "aufeminin.com" :


"Personnalités bipolaires ou perverses: fuir sans jamais se retourner, la seule solution
Bonjour, j'ai déjà posté mon histoire sur ce forum, juste un avertissement pour toutes celles et ceux qui se disent "oh allez encore un effort, il ne peut être si méchant, les choses changeront peut-être...". Un bipolaire ou pervers est un MANIPULATEUR, tout ce qu'il fait c'est par stratégie, quoi que vous fassiez, quelles que soient vos intentions bienveillantes, il retournera TOUJOURS la situation contre vous et vous vous retrouverez dans une m... pas possible, complétement piégée et à bout de forces... Fuyez, fuyez, fuyez et surtout n'hésitez pas à déposer au moins des mains courantes à chaque violence, il restera une trace de votre calvaire, sinon on vous dira que vous n'avez rien fait et en plus, ce sera de votre faute ! Même si vous vous l'aimez, dites vous qu'eux ne ressentent pas de l'amour (même si cela y ressemble) ce n'est que de la manipulation mentale pour leur permettre de vous vampiriser et vous détruire. Coupez les ponts, même les relations amicales sont impossibles, mettez un tas de barrières de protections pour vous éviter des ennuis... Bon courage, ce genre d'individus sont des parasites, pires que les tiques, et laissent des séquelles terribles à leurs victimes."

Que répondre..

MANIPULATEUR ?
Je suis au contraire quelqu'un que l'on peut manipuler telle une marionnette, il a juste à tirer une ficelle pour que je prenne la direction proposée.  Et peu importe si le chemin est chaotique ou non.

STRATEGIQUE ?
Impossible à construire, à définir, tellement il est déjà compliqué dans mon esprit de me comprendre, d'être stable moi même avec la cyclothymie.

VIOLENT ?
Oui et non, dans les gestes non mais dans les paroles ou les écrits lorsque je suis dans la phase dépressive, je sais que je peux faire du mal avec mes mots. Le problème est que je ne peux le contrôler, la peur d'abandon s'installe et je vois tout en noir.

AMOUR, AMITIE ?
Je donnerai ma vie pour ces sentiments qui sans l'un ou l'autre je ne pourrais avancé !!
Besoin d'aimer et de se sentir aimer est ce trop demander...

VAMPIRISER, DETRUIRE ?
Vampiriser, manipuler, abattre, briser, démolir, anéantir, dévaloriser...
Sont des verbes qui font parti de ma vie car je les vis au fond de moi chaque jour, ce sont mes ressentis quotidiens en tant que bipolaire. 

PARASITES ?
Personne qui vit dans l'oisiveté, aux dépens d'autrui ou de la société !
Un mot fort, violent, qui est me laisse sans voix.


Que faut il penser, les opinions des personnes dites "normales", me touchent, me vexent, m'isolent un peu plus.

Ai-je un avenir en dehors de l"enfermement, ma maison ressemble déjà à une prison je n'en sors que par nécessité (courses, balades du chien, psy et hôpital de jour).
Faut il mettre les bipolaires en hôpital psychiatrique ? 

Sommes nous dangereux pour notre entourage ?
Sommes nous des psychopathes ?


                                       



                                    
 




15 commentaires:

  1. Alors cet amalgame dans ce texte stupide trouvé je ne sais où sur le net est ni plus ni moins de la psycho de comptoir à 2 balles.
    Eh oui, il n'y a pas d'autre mot : c'est IDIOT !
    Cette nana règle ses comptes avec un amour raté totalement perso et inadapté, donc, poubelle !!!!
    Par contre si tu le veux bien, je t'écrirai ce que pense les psy réellement impliqués dans ce que l'on nomme à tout va et pour n'importe quoi : BIPOLARITÉ.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Texte idiot, peut être mais lorsque tu te tombes sur ces écrits et que tu as cette maladie, cois moi ça fait mal.
      Bien sur que je veux que tu écrives ce que pense réellement les psy de la bipolarité. Connaître mieux cette maladie qui ronge.
      Bisous

      Supprimer
  2. Anonyme16/2/13

    Mais bipolaire et pervers n'ont rien à voir entre eux ! Le pervers narcissique est un monstre sans coeur qui vampirise les autres alors que la bipolarité s'accompagne en général d'une personnalité sensible et d'une grande gentillesse. Et si son pervers avait souffert de myopie elle en aurait conclu qu'il faut fuir tous les myopes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Bien sur que le pervers narcissique et qu'un bipolaire sont comme si on comparait le pôle nord et le pôle sud !!!

      La perversion narcissique est une forme de perversion décrite initialement par le psychanalyste Paul-Claude Racamier, dans laquelle le sujet agirait comme un prédateur en substituant le besoin d'être obéi au désir d'être aimé, et qui, pour l'obtenir, pourrait aller jusqu'à détruire l'identité de sa proie par la manipulation mentale ou le harcèlement moral.

      Le bipolaire souffre de cyclothymie, d'hypersensibilité...et est justement la proie idéale pour un pervers.

      Ce que je voulais démontré en mettant cet article sur le blog, c'est que sur le net il faut faire attention, on y trouve du bon comme des "imbécilités" !!!!!

      Merci pour ton commentaire
      Bonne journée
      Nathy

      Supprimer
  3. Anonyme7/4/13

    Bonjour Nathalie,

    après mois à scruter la toile, je trouve enfin un site qui me parle de moi, et où peuvent s'exprimer des commentaires qui dénient les propos actuellement médiatisés.
    Je me donne quelques temps encore, pour mieux connaître ton site, et pour y adhérer.

    J'ai 53 ans et suis estampillée bipolaire depuis peu (même si j'ai toujours su être "hyper-sensible" et "hyper-réactive" / la majorité des gens).

    Malgré toutes les difficultés rencontrées, j'ai choisi de vivre les dernières étapes de ma vie un peu particulière, sans traitement, en m'appuyant sur toutes mes ressources et en adoptant une philosophie de vie très personnelle qui me pousse à aimer (en conscience) ce que je suis.

    A bientôt et merci pour cette initiative.

    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sylvie,

      Merci pour tes mots.
      Je vois que tu as appris à t'aimer, en conscience. Mais ton inconscient est aussi, voir tout aussi important, ne crois tu pas ??

      Sans traitement j'ai l'espoir d'y parvenir un jour, mais pour l'instant je sais que les médicaments sont vraiment nécessaires, les séances thérapeutiques, ainsi qu'une qualité de vie des plus saine.

      Je suis actuellement en clinique, je ferais un post plus tard sur ce sujet par ailleurs.

      Je te souhaite une bonne soirée
      Au plaisir de te lire

      Nathy

      Supprimer
  4. je crois que vous n'êtes pas déprimée ou bipolaire pour dire tout ça, c'est une grosse insulte et ça donne une forte culpabilité même pour moi, ce n'est pas vrai ce que vous avez écris, c'est totalement violent et inhumain.
    Merci pour encourager les bipolaires et les déprimés.
    Chapeau ! :@

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir

      Relisez le post et vous verrez que ce n'est pas moi qui est écrit cela, cet article était sur "auféminin.com"...j'ai commencé à écrire à partir de "Que répondre"...et lisez aussi les commentaires avant de profaner n'importe quoi !
      Je suis atteinte de troubles bipolaires et je sais de quoi je parle !!

      Bonne soirée

      Supprimer
  5. Quand on ne sait pas, mieux vaut se taire. Je préfère être bipolaire que con

    RépondreSupprimer
  6. Je sais depuis l enfance ma différence j accepte la différence en général acceptez nous nous sommes comme vous

    RépondreSupprimer
  7. Blowup

    Je ne sais pas à qui s'adresse ton premier message "quand on ne sait pas mieux vaut se taire" ??

    Je pense que chaque bipo connait sa différence très tôt mais il y a des cas ou la bipolarité se déclare après par exemple un choc post-traumatique...

    Bonne soirée
    Nathy

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    Je ne souffre pas de troubles bipo mais c'est le cas d'une femme que j'ai beaucoup aimée. Effectivement, il est triste de constater les raccourcis pour les troubles bipo à fortiori émanant de personnes qui ont eu à en souffrir. Moi, j'en ai beaucoup souffert également mais quand je pense à la souffrance de mon ex, de ceux qui sont impactés dans leur vie de tout les jours par ces troubles... Une pensée fraternelle et d'amour à vous tous et bon courage!

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme6/11/17

    Cela fait 20 ans que je combats ces troubles, j ai perdu des êtres chers par mon isolement et mes humeurs.J ai connu l euphorie et la chute ,mon corps brisé mon mental anéanti,les ts. Et vivre avec tout cela n est pas simple, je ne suis pas bipolaire je suis une personne souffrant de troubles bipolaire, j ai cru perdre à plusieurs reprises qui je suis car la réalité le jugement les relations sont tronquées par cette maladie mentale et plus on essaye de maîtriser des situations plus on s enfonce. On croit trop souvent être capable de gérer, mais c est tout simplement impossible,mais on peut moins souffrir grâce à un traitement qui n est qu' une béquille qui peut apaiser, la thérapie qui aide à appréhender la vie et sa dureté,mais le plus important c est l entourage amis famille avec qui il est essentiel d exprimer toutes ces émotions incontrôlables . Faire de cette sensibilité extrême une force c est très dur, malédiction et don à la fois. Merci à toute les personnes qui peuvent nous soutenir et à tout les témoignages qui peuvent aider chacun d entre nous.garder toujours espoir et surtout sacher demander de l aide.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour et merci pour ce que je lis sur ton blog!

    Je ne souffre pas du trouble bipolaire mais mon ex oui. Que dire sur le commentaire que tu reprends et qui respire le dépit, la souffrance, le besoin de sens. Cette personne n'a pas pu ou voulu comprendre ce qui se cache derrière le decorum, peut-on lui en vouloir?
    Personnellement, la femme que j'aimais est simplement une bipolaire dans le déni. Je l'ai aimé passionnément jusqu'à ce que ces hallucinations, ces discours parfois extrêmement blessants (d'autant qu'elle savait tout de moi), ces mensonges pour de petites comme de grandes choses, ont fini par me déstabiliser, allant jusqu'à me faire douter de qui j'étais. Sans mots alors, sans explications, je ne comprenais pas qu'elle souffrait de ce trouble. Odieuse le soir au téléphone ou bien lâchant subitement le combiné pour ne plus répondre pendant des heures me laissant dans une angoisse que je vous laisse deviner. Que dire aussi côté sexuel, l'hypersexualité dont beaucoup pourrait se réjouir sauf que j'ai réalisé à un moment (après avoir appris par un ami avec qui elle prenait un verre juste avant, qu'elle lui avait proposé de coucher avec... chose qu'elle fera une heure après avec moi...) a qu'à ces moments la le besoin est irréprésible et qu'au final je pris conscience que faire l'amour ensemble n'était alors pas vraiment un partage, une communion et qu'elle aurait pu le faire avec n'importe qui.
    Et puis sa famille qui finit par me dire au bout d'un an de relation et la rupture qu'elle a été diagnostiquée bipolaire 10 ans auparavant mais qu'elle refuse de l'accepter (donc sans traitement, sans suivi, sans possibilité de mettre des mots....). Et la seule fois où j'ai évoqué cela avec elle, elle a retourné la chose en me disant que c'était moi le malade.
    Aujourd'hui elle m'envoie un mail pour me demander de l'aide pour un truc après m'avoir demnandé de ne plus jamais essayer de la voir, dans deux mois elle me demandera autre chose.
    Et pourtant, malgré le fait que je sache qu'elle souffre, intensément, qu'elle aimerait me dire d'autres choses, que quelque part c'est ça manière à elle de me dire qu'elle s'en veut d'avoir eu des mots si cruels et blessants, je ne répondrai plus.
    Car je suis sensible (trop je crois qu'on ne l'ai jamais assez) mais j'ai aussi ma part d'ombre qui parfois m'inviterait à jouir de cette situation.
    Elle me touche comme aucun mot ne pourra l'exprimer mais je dois m'en protéger.
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer